courrier ABRN à D. SCHMITT préfet de Région

Publié le

A.B.R.N.209 (RD 2209)                                                             Le 13 Mars 2009

 

                                                                          à

 

Mr. Dominique SCHMITT

PREFET de la REGION AUVERGNE

 

 

Monsieur le Préfet,

 

Comme nous vous le rappelions lors de nos vœux 2009 et comme nous y invite la réponse de Mr. Cédric Goubet Chef de Cabinet du Président de la République, nous vous remettons en mémoire, l’importance de la réalisation du désenclavement routier de Vichy, à l’heure ou vous devez prendre des décisions concernant les projets d’infrastructures pouvant être intégrés dans le plan de relance par l’investissement mis en œuvre par le gouvernement pour faire face à la crise.

Comme vous le savez l’Allier a un retard considérable en matière d’infrastructures routières et ferrées. Les travaux entrepris pour les aménagements de la RCEA et la N7 en témoignent, ainsi que l’étude lancée pour la réalisation d’une future ligne de TGV.

Cette pauvreté de réseaux de communications et de liaisons entre ceux-ci, n’est pas sans implications sur les difficultés des bassins économiques et d’emplois.

En ce qui concerne celui de Vichy, force est de constater la nécessité impérieuse du désenclavement de l’agglomération, pour tout à la fois en améliorer l’accès, fluidifier les flux des trafics, dont ceux de simples transits qui créent des nuisances sans rapport avec la vie économique de l’agglomération, et relier correctement le bassin aux grands axes nationaux et internationaux.

Ce désenclavement est attendu par la population depuis plus de trente ans ! Point n’est besoin de souligner les saignées, en matière d’emplois, provoquées, par le passé, par Giat industrie lors de la fermeture de Manurhin, et celle de Sédiver. D’autres menaces planent actuellement sur l’emploi (entre autres les inquiétudes qui pèsent sur l’existence du Creps de Bellerive, qui rivalise pourtant en activités et en hébergement et nuitées avec le thermalisme !). Le taux de chômage est reparti à la hausse depuis fin 2008, dans l’Allier.

Pourtant le bassin Vichyssois n’est pas sans attractivité pour des employeurs, et justement l’aménagement de la friche industrielle laissée par Manurhin à Mautpertuis, est susceptible de susciter l’intérêt pour de nouvelles créations d’entreprises (situation centrale sur le territoire, environnement régional etc..). Encore faut-il que cette vaste zone, de 120 hectares, soit correctement desservie. Or le seul prolongement de l’A719, sous maîtrise d’œuvre privée, annoncée pour 2012, est une réponse insuffisante à la question, si les contournements, prévus dans le projet de désenclavement, à l’arrivée de la prolongation d’autoroute ne sont pas réalisés en concomitance.

Ce projet a déjà fait l’objet de maintes concertations :

-2001 : Grandes orientations du schéma directeur de VVA pour une nouvelle ossature du réseau routier.

-2000/2006 : Contrat de Plan Etat Région

-2002 : Schéma de service collectif Transports

-2003 : Comité interministériel pour l’aménagement et le développement du territoire.

-21 juillet 2004 : Contrat de Site Giat/Manurhin signé par N. Sarkozy, fixant les conditions de mise en œuvre et l’engagement de l’Etat pour le désenclavement.

Pourquoi faudrait-il encore en renvoyer la concrétisation à de nouvelles programmations (PDMI hypothétiques) pour l’une de ces parties, celle incombant à l’ETAT.

Constatons que le Projet de désenclavement comporte trois parties déjà actées :

1)      La prolongation de l’autoroute déjà citée, sous financement de l’ APRR.

2)      Le contournement Sud Ouest, prit en charge par le Conseil Général.

3)      Le raccordement de l’A719 prolongée, à la N7 (contournement Nord Ouest et dessertes vers N7) sous engagement de financement par l’ETAT.

Les collectivités locales sont, on le voit, partenaires et engagées, et susceptibles d’être sollicitées encore pour la réalisation des pénétrantes d’accès sur Vichy. Deux parties du projet sont donc d’ores et déjà financées. Reste à l’ETAT à honorer son engagement sur la troisième, pour une réalisation concomitante de l’ensemble.

C’est cette réaffirmation de la part « Etatique » de financement, dans les délais de 2012, que nous vous demandons, Mr. le Préfet, de confirmer. D’autant qu’il  s’agit en somme de la continuité de l’adaptation de la N7 au trafic en la liant  à l’A71, et non d’une nouvelle détermination d’itinéraire. Et si l’inscription de ce projet, déjà établi, peut bénéficier d’un gain de financement et de temps par l’inscription au plan de relance, il serait regrettable de ne pas l’envisager. C’est pourquoi nous sollicitons un examen attentif de cette question, de votre part, de même qu’un rendez vous avec vous, pour échanger sur le suivi et l’urgence de la réalisation de ce dossier, comme vous l’ont déjà demandé les représentants des dix associations de riverains militants pour ce projet.

 

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer Monsieur le Préfet de région, l’expression de notre respect.

 

                                                                                            Pour l’ A.B.R.N. 209

                                                                                                  Le Président

 

                                                                                                 G. CHARDIN

 

 

Publié dans 2009 courrier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article